Entropi, un nouvel hebomadaire pour enfants

Tremblement de terre dans le milieu des publications destinées à la jeunesse, l’éditeur Bagnard Presse, connu jusqu’ici pour La Croix et la Bannière, le journal du quotidien difficile, et Silence !, le bimestriel de la théologie apophatique, vient de lancer un hebdomadaire à destination des enfants de 7 à 11 ans, Entropi.

Entropi

« Notre devise, chez Entropi, c’est “aller plus loin que les autres”, explique Pierre-Xavier Pesant, rédacteur en chef. Par exemple, dans ce numéro 1, nous avons choisi de publier un dossier sciences de plusieurs pages sur l’origine de l’univers, avec une frise chronologique qui va du Big Bang à nos jours. On y indique bien sûr tous les événements importants, de la formation du système solaire à l’apparition des premiers hominidés, comme aurait pu le faire Science & Vie Junior. Mais notre frise à nous ne s’arrête pas là, puisque nous avons choisi de la poursuivre jusqu’au terme du destin cosmique, 10100 années dans le futur, quand les derniers protons auront disparu et que l’univers ne sera plus qu’une vaste mer de ténèbres, froide et homogène. Je pense que c’est nécessaire pour aider nos jeunes lecteurs à bien comprendre leur place dans le monde. »

En effet, le poster central offert dans ce numéro est entièrement noir, à l’exception de la mention « bientôt » inscrite en petits caractères blancs. « J’aurais adoré accrocher ça aux murs de ma chambre quand j’étais enfant ! » s’exclame Pierre-Xavier Pesant.

Entropi ne s’interdit pas non plus d’aborder les sujets sensibles. Ce premier numéro propose un long article sur la sexualité destiné aux pré-adolescents. « Là aussi, nous avons voulu aller plus loin, montrer la sexualité humaine dans toute sa diversité et toutes ses implications, ne pas s’arrêter à “quand un papa et une maman s’aiment très fort…” En 2018, il est important d’être inclusif et de savoir expliquer aux jeunes lecteurs, avec des mots simples et clairs, qu’être différent des autres n’a rien d’un drame. »

Un magnifique dessin pleine page de Zep montre trois couples : dans le premier, hétérosexuel, la femme tombe enceinte. Le second, homosexuel, choisit d’adopter. Enfin, le troisième couple décide d’avorter. Un joli petit schéma coloré suit le destin des deux enfants jusqu’à leur tombe, où ils rejoignent l’avorté dans la non-existence, quatre-vingts ans plus tard. « Jamais avant Entropi on n’avait osé parler aux enfants avec une telle sincérité. »

Agar