Le retraiting, la nouvelle tendance inaction des jeunes actifs

« Tandis que votre âge fleuronne en sa plus verte nouveauté, cueillez, cueillez votre vieillesse. » Voilà peut-être ce que Ronsard aurait écrit s’il avait connu le retraiting, la nouvelle tendance lifestyle des jeunes actifs qui, sachant pertinemment qu’ils n’auront jamais de retraite, ont décidé de ne pas attendre d’être vieux pour en profiter.

« Je crois que la retraite, c’est un peu l’aspiration de tout le monde », explique Océane, 38 ans, conceptrice-rédactrice pour une société d’événementiel, en sortant du four les cookies qu’elle s’apprête à nous servir accompagnés d’une tasse de thé. « Avoir du temps pour soi, à consacrer à ses passions, à du bénévolat… On sait très bien qu’avec toutes les réformes qui arrivent, et vu l’équilibre démographique, on n’en aura jamais, alors autant en profiter tout de suite. » C’est pourquoi chaque weekend, tandis que leurs amis se pressent dans les derniers concerts et bars à la mode, Océane et son compagnon Olivier, 39 ans, vont promener leur chihuahua avant de rentrer à la maison regarder Des racines et des ailes. « Je préférais quand c’était présenté par Patrick de Carolis, un garçon très bien, très comme il faut. » explique Océane en réajustant son piercing du septum.

N’est-ce pas tout de même un peu une retraite au rabais, si on ne peut en profiter que le weekend ? « Bien sûr, on aimerait pouvoir vivre comme ça toute la semaine, avoue Olivier, c’est toujours un pincement au cœur quand j’abandonne mes mots-croisés pour retourner travailler le lundi, mais on prend ça avec philosophie, on se dit qu’on a déjà la chance de vivre notre rêve deux jours par semaine. »

Ce n’est pas l’avis de tous, notamment des adeptes du hard retraiting, qui se font de plus en plus nombreux. Julie, 27 ans, est l’une d’entre eux. « J’ai commencé comme tout le monde, par le tricot, les soirées bingo, les randonnées pédestres. Mais j’ai vite réalisé que j’étais devenue incapable d’être heureuse le reste du temps. Quand vous avez pris l’habitude de manger des petits gâteaux avec les copines sur de jolis napperons, tout le reste vous paraît tellement ridicule. » Pour les hard retraiters, c’est le monde des actifs dans son ensemble qui est à rejeter. « On nous pousse à désirer toujours davantage, à être en compétition les uns avec les autres, c’est ridicule. Alors qu’on est tellement bien là à tremper des shortbreads dans le café en caressant un vieux chat. » Julie, longtemps adepte de Tinder, a fermé son profil (« de toute façon je n’avais plus aucun match depuis que je ne porte que des tabliers et que je parle essentiellement de l’enterrement de mes amis »). Aujourd’hui, elle n’exclut plus rien. « Une amie est passée aux modifications corporelles, s’est fait arracher toutes les dents et poser un dentier, depuis j’y réfléchis. Je pourrais aussi me retirer complètement du monde et rejoindre l’EHPZAD, cette maison de retraite autonome que des retraiters ont installée dans un immeuble abandonné. »

Une leçon de renoncement qui nous rappelle que si mourir de son vivant est une fort belle aspiration, vieillir de sa jeunesse n’est pas non plus à négliger.

Agar